Runtheworld

Témoignage Madagascar Cecilio

Témoignage de Cecilio Augustin sur son voyage à Madagascar en 2017

Parler du voyage à Madagascar, c’est parler de trois sujets. Qu’est-ce qu’un voyage, qu’est-ce que Madagascar, et qu’est-ce que Agua de Coco. Et c’est sur ce trépied de réalités que repose l’importance et l’intérêt de ce voyage, que je n’ai pas trouvé chez d’autres, sans pour autant leur porter préjudice.

En tant que voyageur, je remercie toujours l’organisation et la capacité à prendre des décisions dans de petits imprévus. Avec de bons hôtels (dans les limites des possibilités d’un pays pauvre) et des restaurants pour se régaler, pour finir à l’Hôtel Solidario de Mangily, où il est non seulement beau, mais aussi très bien entretenu, ce qui rend le séjour agréable, comme un point culminant du voyage.

Où le voyage se fait en taxi-blousse par la seule route de la capitale à Tuléar (550km), avec un guide malgache (expérimenté des années précédentes) ainsi que la personne qui nous accompagne depuis Agua de Coco qui a contribué à la pleine confiance dans la sécurité et l’attention à ne pas perdre les détails de ce que nous pouvions voir et être étonné des modes de vie et des gens au quotidien.

Au cours de ce voyage et des jours suivants, nous avons traversé plusieurs villes et visité des ateliers et des usines dans le pays, où, comme je l’ai dit plus haut, nous avons pris le rythme de la vie quotidienne et d’une réalité sociale d’un peuple pacifique et heureux (le sourire sur leurs visages est porté toute la journée). À cela s’ajoutent le plaisir et la beauté du paysage. Parce que la beauté du parc national de Ranomafana (forêt tropicale) et du parc national de l’Isalo, avec les Lemos à un mètre de nous, avec leurs cascades et leurs piscines naturelles, où nous irions nous baigner à notre guise (parce que l’eau est plus que fraîche). Ses itinéraires de randonnée, la plage de Mangily avec le coucher de soleil tiré d’un livre de cartes postales de l’Eden. Et l’observation des baleines, puisque c’était la saison de la reproduction, a permis de faire un voyage inoubliable.

Et la troisième étape du trépied était de voir les projets d’Agua de Coco. Les voir en direct (puisque je ne les connaissais que par le site web) dépasse ce que j’imaginais du travail et de l’action qui y est menée pour atteindre ses objectifs : contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des personnes défavorisées dans les pays du Sud, en particulier des femmes et des enfants, par l’éducation comme moteur du développement durable.

Ainsi l’Ecole Agricole de Fianarantsoa, avec toute une structure et une organisation, et une très large extension entre vignes, rizières, zones de plantation pour chacun des élèves (70), puits, zones de cuisine et d’alimentation, bois, animaux (porcs, poulets, vaches, zébus, chèvres), salles de classe, jardin botanique, qui couvre la formation et la préparation des jeunes pour leur autonomie ultérieure, avec une forte composante de préservation et des formes de culture en accord avec la zone.

Les deux jours suivants, nous avons visité l’école d’Andtsohamadiro, où 300 enfants sont scolarisés et formés. Dans une ville où ils travaillent dans les mines de Zafiros et où la scolarisation serait nulle, puisqu’il n’y a pas d’école dans les environs, si ce projet n’existe pas.

Une école au milieu de nulle part, mais même pendant les vacances, elle avait une vie d’enfants qui jouaient, de mères, et de travail pour construire plus de structures ou améliorer celles qui existaient déjà. Comme l’eau a été apportée pour alimenter l’école elle-même. La scolarisation des enfants qui s’accompagne d’un repas par jour (le seul qu’ils prennent), en recevant une formation complémentaire sur les questions de santé et d’hygiène de la reproduction.

Dans l’après-midi, nous avons visité le cinéma tropical de Tuléar, le CAM (Centre d’art et de musique), où se déroulent des projections de films, des chants gospel, une fanfare, des percussions, de la capoeira et des groupes de cirque, et où sont rassemblés entre cinq et six cents jeunes. Il est impressionnant, dans une ville qui n’offre pas beaucoup de possibilités de divertissement, de loisir et de formation aux jeunes, que l’ONG Agua de Coco (Bel Aveni) propose autant d’activités aux jeunes des quartiers défavorisés (dans une ville où le taux de pauvreté est déjà important).

Mais cela ne s’arrête pas là, car le lendemain nous étions dans des centres sportifs, où l’on propose du football, du basket, du volley-ball… à ces jeunes. Comment, étant une petite organisation, peut-elle atteindre autant de choses?

Mais il y avait encore d’autres projets à voir. Centre d’éducation nutritionnelle, impressionnant, Résidence pour quarante filles, école de Las Salinas, projet de formation du primaire à la formation professionnelle, où 1 300 enfants sont accueillis. Un beau projet pour le suivi et la prise en charge de quatre-vingts mères qui viennent d’accoucher.

L’hôtel solidaire, où nous en profitons et où tous les revenus sont investis dans les projets. Le Centre d’éducation environnementale de Mangily avec ses 28 hectares.
Si ce voyage a dépassé les attentes que j’en avais, c’est grâce à l’impact que j’ai quand, par mes propres yeux et mes sens, je fais un exercice d’immersion de seize jours dans un pays où les paramètres de la vie sont régis par des chemins différents.

Même si nous devons nous laisser impressionner et ne pas chercher les raisons du pourquoi, que nous trouverions par centaines, mais ouvrir l’âme et marcher parmi leurs coutumes, leurs gens, leurs paysages et leurs modes de vie.

Merci à Agua de Coco pour ce merveilleux voyage. Merci pour la beauté du projet à tous ceux qui y consacrent du temps et/ou de l’argent.

Cecilio Augustin, volontaire Agua de Coco

Si vous souhaitez également participer à une aventure RuntheWorld à Madagascar et découvrir ce merveilleux pays, jetez un coup d’œil ici, nous vous proposons une aventure à vélo et une autre à pied.

Laisser un commentaire

Note: Comments on the web site reflect the views of their authors, and not necessarily the views of the bookyourtravel internet portal. Requested to refrain from insults, swearing and vulgar expression. We reserve the right to delete any comment without notice explanations.

Your email address will not be published. Required fields are signed with *

Este sitio web utiliza cookies para que usted tenga la mejor experiencia de usuario. Si continúa navegando está dando su consentimiento para la aceptación de las mencionadas cookies y la aceptación de nuestra política de cookies, pinche el enlace para mayor información.plugin cookies

ACEPTAR
Aviso de cookies
Open chat